Accès direct

Renforcer la couverture numérique du territoire

Le développement économique est l’une des compétences obligatoires des Communautés de communes. Au regard des difficultés du territoire, la Communauté de Communes des 2 Morin s’est fixée comme priorité l’accès pour tous aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC).

Pour ce faire, la CC2M a intégré le Syndicat Mixte Aménagement Numérique. Ce syndicat au périmètre départemental se propose d’organiser l’amélioration des réseaux numériques par deux technologies différentes :

  • La Montée en Débit
  • La Fibre Optique

La fibre optique

La fibre optique est une technologie qui accroit considérablement la capacité et la vitesse de transmission de données. Beaucoup plus performante que l’ADSL en termes de débit, la fibre optique à l’habitation est la seconde solution choisie par le département pour renforcer la couverture numérique du territoire. Son coût élevé et l’importance des travaux qu’elle nécessite ralentissent cependant considérablement son déploiement.

Les réseaux Fibre optique

La fibre optique est un support à base de silice qui transporte la lumière (photons) à une vitesse très supérieure à celle des courants électriques (électrons). Ces excellentes performances (dont les limites sont celles des équipements optoélectroniques d’extrémité, et non du support) permettent l’Internet à Très Haut Débit. Les débits peuvent atteindre plusieurs Gigabits/s ou Terabits/s, c’est-à-dire respectivement plusieurs milliers de fois ou millions de fois les débits disponibles sur le réseau téléphonique de cuivre.

La fibre optique présente également une caractéristique extrêmement intéressante pour l’accès à Internet sur plusieurs kilomètres : la qualité du signal lumineux ne se dégrade quasiment pas, ce qui permet donc à tous les clients de disposer du même débit quelle que soit leur distance du central optique.

Dans un 1er temps les câbles de fibre optique ont été déployés sur les liaisons intercontinentales et les cœurs de réseaux des opérateurs, puis petit-à-petit la fibre optique se rapproche des clients finaux, entreprises et sites publics depuis le début des années 90 (on parle alors de « FttE » ou « FttO ») et des particuliers plus récemment (on parle alors de fibre jusqu’à l’abonné ou aussi « FttH »).

Dans le cadre des besoins spécifiques aux entreprises et aux administrations, les services des opérateurs permettent de répondre à des besoins parfois élevés de sécurité et de disponibilité des services (par exemple une double adduction d’un site, c’est-à-dire deux accès fibres optiques distincts pour le même site) mais surtout basés sur des engagements contractuels (disponibilité, délai de réparation …).

Pour les particuliers les services correspondent à des besoins domestiques ne nécessitant pas aujourd’hui de tels engagements. Sur les réseaux FttH, les fournisseurs d’accès Internet proposent des débits symétriques pouvant aller jusqu’à 200 Mbits/s (voire plus, les offres évoluant rapidement), ce qui permet une pleine simultanéité des usages et ouvre des possibilités nouvelles comme le multi-écrans, la télévision Haute Définition, les services en ligne, la télémédecine, etc.

L’architecture d’un réseau FttH est arborescente. Elle chemine dans le domaine public pour l’essentiel et elle est composée : - d’un central optique ou Nœud de Raccordement Optique (NRO) concentrant 5 000 à 10 000 lignes d’abonnés, - de locaux télécoms ou mobiliers urbains plus proches des habitants : les Sous-Répartiteurs Optiques (SRO) comprennent 300 à 1000 lignes, - à moins de 100m des logements : les Points de Branchements Optiques (PBO) d’où partent les câbles de raccordement pour environ 6 locaux ou logements. Il s’agit de boitiers en chambres souterraines, sur poteaux ou en façade de bâtiment. Les câbles de fibre optique cheminent en souterrain ou en aérien selon les infrastructures existantes.

Le raccordement final du particulier ou de l’entreprise sur un réseau FttH est réalisé suite à l’ouverture commerciale du réseau et sur contractualisation de l’abonné pour un service avec un fournisseur d’accès Internet (FAI). Celui-ci commanditera l’opérateur aménageur pour une prise de rendez-vous menant à l’installation chez l’abonné d’une prise terminale optique (PTO), sur laquelle la « box » Internet du FAI sera connectée. L’installation d’une telle prise chez l’abonné n’induit pas l’arrêt du fonctionnement des services sur la ligne cuivre (téléphone/accès Internet ADSL) si l’abonné n’en fait pas la demande. Cette nouvelle installation n’entraine pas non plus la désinstallation de la ligne téléphonique (propriété d’Orange).

Schéma de principe d'un réseau FttH (Fibre optique jusqu'aux abonnés)

Pour aller plus loin

Fibre optique